bratata
A+ A- A
Identification OPAC

Retrouvez-nous sur :

image-vide-90px

A l’occasion de l’acquisition à la médiathèque du très joli premier film de Maysaloun Hamoud, Je danserai si je veux (2016, Israël/Palestine), voici une petite sélection de films coups de cœur, qui mettent en lumière l’émancipation des femmes à l’étranger.

resistance au feminin

Je danserai si je veux est un portrait de femmes. Trois femmes de confessions et origines diverses, qui s’élèvent contre les traditions familiales et les discriminations raciales et sexistes. Ces trois jeunes palestiniennes frondeuses gagnent leur liberté dans une Tel-Aviv bouillonnante et noctambule. Il y a Laila, avocate, dont la façon de vivre ses désirs est jugée « trop européenne ». Salma est une jeune DJ homosexuelle qui peine à s’assumer. Nour, la plus religieuse, est tiraillée entre la promesse d’un mariage forcé et son envie de justice et de liberté. On sent dans ce film le souffle des printemps arabes, le cri d’une jeunesse désireuse de faire ses propres choix. Maysaloun Hamoud ravit nos oreilles en laissant la part belle aux musiques entraînantes et brille par un œil vif et sans pudeur.

En Turquie, au Maroc, en Inde ou en Egypte

Petit panorama de grands films où les femmes résistent à l’oppression, dans des sociétés régies par des hommes, à travers la Turquie, le Maroc, l’Inde ou encore l’Egypte :

  • Mustang (2015, Turquie) de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven, retrace l’histoire de quatre sœurs dans un petit village reculé de la Turquie d’aujourd’hui. En rentrant de l’école, les jeunes filles jouent avec des garçons sur la plage et déclenchent un scandale chez les villageois. La famille, ne pensant plus qu’à sauver les apparences, impose des règles de vie de plus en plus conservatrices et les mariages forcés ne tardent pas à pleuvoir. Chacune des sœurs, animée par un désir de liberté, va chercher à combattre les carcans imposés par les adultes. Un film bouleversant, un hymne à la vie et à l’espoir. Mustang a notamment reçu le César du Meilleur premier film.
  • Much loved (2015, Maroc), réalisé par Nabil Ayouch, suit la vie de quatre femmes prostituées dans le Marrakech d’aujourd’hui. Vivantes et complices, dignes et émancipées, elles surmontent au quotidien la violence d’une société qui les utilise tout en les condamnant. La sortie du film au Maroc a provoqué un tôlé, car il est éminemment politique. Un film plein d’humanité. Loubna Abidar a été nommée pour ce film au César 2016 de la Meilleure actrice.
  • La saison des femmes (2016, Inde) : Etat du Gujarat, de nos jours. Dans un petit village, quatre femmes osent s'opposer aux hommes et aux traditions ancestrales qui les asservissent. Portées par leur amitié et leur désir de liberté, elles affrontent leurs démons, et rêvent d'amour et d'ailleurs.
  • Les femmes du bus 678 (2012, Egypte) : Fayza, Seba et Nelly, trois femmes d’aujourd’hui, aux vies totalement différentes, s’unissent pour combattre le machisme impuni qui sévit au Caire dans les rues, dans les bus et dans leurs maisons. Déterminées, elles vont dorénavant humilier ceux qui les humiliaient. Devant l’ampleur du mouvement, l’atypique inspecteur Essam mène l’enquête. Qui sont ces mystérieuses femmes qui ébranlent une société basée sur la suprématie de l’homme ? A retrouver sur la Médiathèque Numérique ici.

 

Bons films !


Médiathèque André Malraux
Quai des remparts
14100 LISIEUX
02 31 48 41 00

agglo lisieux normandie logo 180px