bratata
A+ A- A
Identification OPAC

Retrouvez-nous sur :

image-vide-90px

Nos curiosités

C2014 002 015 vig

De nouveaux plans et de nouvelles gravures seront mises en ligne le 31 août sur le site de la Bibliothèque électronique de Lisieux. Dont ce : Plan de la division des terrains de la Cour de l'Hospice appartenant à MM. Harou et Lainé du Héron.- Lith. de Baratte à Lisieux. [ca18..].- 1 f. 532 x 402 mm.- [Bm Lx : X 1 = 28]. Dans le coin supérieur droit : encart mentionnant l'élévation des maisons de M. Burel. Dans le coin supérieur gauche : vue de l'église Saint-Désir, de la croix et de quelques maisons voisines. - La rue Harou est indiquée au crayon.

Parmi les autres nouveautés du mois de septembre :

LA SÉLECTION MENSUELLE : Feuillets de l'album d'un jeune rapin (1845) par Théophile Gautier (1811-1872)

LE RAYON DOCUMENTAIRE :   Le Boulevard des Italiens (1841) par Edmond Texier (1815-1887). - Physionomies du jour de l’an , Les Visiteurs du salon : I & II (1841) par Francis Guichardet (18..-18..).- Paris nocturne (1841) par Louis Roux (18..-18..).

LES GALERIES D'IMAGES : Plans de Lisieux - 3 ; Gravures - 1 : Trouville, Honfleur, Rouen, Le Havre (XIXe)

LE RAYON NORMAND : L'Art de cultiver les pommiers, les poiriers et de faire des cidres selon l'usage de la Normandie (1765) par le Mis de Chambray (1713-1783). - Notice sur la végétation de l’arrondissement d’Argentan, avec l’indication des plantes rares qu’il renferme (1842) par A. de Brébisson (1798-1872).- Hygiène (1842) par A. de Borville (18..-18..).

 

C2014 002 005 vig

Météo France prévoit des orages en soirée accompagnés de conséquentes rafales de vent et possiblement de grêle. Comme sur cette belle eau-forte de Félix Buhot (1847-1898) datée de Trouville du 4 août 1874 (Coll. Bm Lx : Norm I).

meteo

duchfour01

L'AFRIQUE OCCIDENTALE FRANÇAISE SES VOIES COMMERCIALES SES PRODUITS

INTRODUCTION

On sait la place qu'ont tenue ces dernières années les questions coloniales dans la politique générale européenne. Etant donné le courant qui entraîne actuellement toutes les nations vers un protectionnisme sévère, la possession d'un domaine colonial devient une nécessité.

Il en est à l'heure présente qui regrettent de ne pas l'avoir compris assez tôt et d'avoir laissé passer l'heure propice où ils pouvaient demander leur part.

Puisque les portes se ferment, il faut bien que chaque nation puisse tirer de son propre domaine les matières premières nécessaires à son industrie, et y trouver un débouché pour ses produits manufacturés.

La France, heureusement, a acquis un domaine colonial important ; mais ouvrir un pays à la civilisation pour le faire participer à la vie économique du monde entier, est souvent une œuvre difficile et de longue haleine.

Au cours d'une mission dont nous avons été chargé en Afrique Occidentale Française par le ministère des Colonies, nous avons pu voir un pays tout à fait neuf qui, jusqu'à une quinzaine d'années à peine, était resté inconnu et mystérieux.

Un effort financier considérable a été tenté tout dernièrement pour le mettre en valeur, c'est-à-dire le rendre capable de jouer le double rôle dont nous avons parlé plus haut.

Nous avons réuni dans ces quelques pages les observations recueillies au cours de ce voyage ; et pour savoir ce que ce pays vaudra plus tard pour nous, quel fruit nous pourrons tirer de nos efforts, nous allons étudier en particulier ces deux questions :

Premièrement les voies de pénétration et de communication, celles qui existent naturellement et celles que nous créons, en un mot les grandes artères par où passera cette double circulation : montée des marchandises européennes et descente des matières premières extraites du pays.

En second lieu, nous examinerons quelle sève coulera dans ces artères ; pour que le commerce trouve à s'alimenter, il faut que le pays lui offre des éléments d'échange. Nous savons ce que notre industrie peut offrir à des peuples jeunes ; mais que pourrons-nous en tirer ?

cadetdevauxDu café au lait et à la crème.

BIEN s'en faut que le café au lait ou à la crème partage les propriétés du café à l'eau. Autant ce dernier est l'ami de l'estomac, autant le premier l'est peu.

Le lait ainsi que la crème conviennent rarement aux adultes, et surtout aux femmes dont les fonctions digestives sont si souvent en défaut. Aussi pour dix qui usent impunément de ce déjeuner, il y en a cent qu'il incommode habituellement. Il pèse sur l’estomac, cause de l’altération, donne des aigreurs, le mal de tête s'en suit, et le déjeuner est rarement digéré au moment de se mettre à table. Une des indispositions auxquelles le sexe est assez généralement exposé, tient le plus souvent à l'usage du café au lait, et le quitter en devient le remède. Un médecin convaincu de la fâcheuse influence du café au lait, pour le sexe, prétendait, à l'inspection du teint d'une femme, pouvoir prononcer sur l'usage qu'elle faisait du café au lait.

Mais ce n'est point le café qu'il faut accuser, c'est son mélange avec le lait. En effet, une dame qui aime fort le lait, et à laquelle il réussit bien, peut en prendre impunément, et elle en fait souvent son déjeuner à la campagne ; elle peut également prendre séparément, une heure avant ou après une tasse de café à l’eau qu'elle aime ; mais si elle mêle lait et café, il s'en suit une sorte d'indigestion.

Il est de fait, que ce n'est pas impunément qu'on ajoute à son café de l'après-dîner, ce léger nuage de crème qui le rend si agréable. Pour beaucoup de personnes, ce filet de crème atténue l'effet digestif du café, et elles ne se le permettent pas.

Qu'on ne dise pas que ce soit un caprice de l'estomac ; ce phénomène d'indigestion ou de la mauvaise digestion habituelle du café au lait s'explique chimiquement.

Le lait ne passe qu'autant qu'il caille dans l'estomac, c'est un des attributs de sa digestion ; les jeunes animaux, le veau qu'on tue à l'instant où il vient de téter, offre une caillette, c'est-à-dire, le lait qui s'est caillé en tombant dans l'estomac ; le lait que les enfants rejettent est caillebotté, il n'est pas caillé ; leur estomac pèche alors par l'absence des sucs digestifs faits pour opérer la coagulation du lait.

cidre001LE CIDRE ET LES GOURMETS : QUELQUES BONNES RECETTES A ESSAYER CET ÉTÉ.

Nous avons recueilli auprès des Ecoles de Cuisine du Cordon Bleu quelques recettes de plats succulents, à base de cidre, de calvados et de crème. Il est tout indiqué de les déguster en buvant du Cidre.

MOULES AU CIDRE

Mettre ensemble dans une casserole, un verre de cidre sec, une noix de beurre, oignons et échalotes hachés, un bouquet garni, et du poivre frais moulu. Faire bouillir à feu vif cinq minutes. Ajoutez les moules préalablement grattées et bien lavées, et couvrez. Lorsqu'elles sont bien ouvertes, ajoutez deux cuillerées de crème, retirez du feu et servez.

Médiathèque André Malraux
Place de la République
14100 LISIEUX
02 31 48 41 00

agglo lisieux normandie logo 180px