bratata
A+ A- A
Identification OPAC

Retrouvez-nous sur :

image-vide-90px

Trouver l'inspiration

Cela ne vous a pas échappé, la médiathèque est fermée pour travaux… L’occasion pour vous de profiter de nos services numériques ! Et si vous profitiez de l’été pour découvrir la trilogie enfin achevée de Virginie Despentes ? Les trois tomes de la saga Vernon Subutex sont disponibles en ligne, depuis la Boîte numérique ! Deux bibliothécaires de la médiathèque passent le best-seller au banc d’essai.

vernon subutex a deux

Avis de Geoffrey

Pour le moment je n’ai lu que le premier tome de la trilogie Vernon Subutex, mais je vous l'annonce : vivement que je lise la suite !

De Virginie Despentes, je n’avais lu que son précédent roman Apocalypse Bébé et regardé quelques adaptations de ses livres au cinéma. Autant dire que je suis assez néophyte dans l’univers de Despentes…

Vernon Subutex est un disquaire dont la boutique a fermé suite à l’apparition des nouvelles technologies dans le domaine de la musique, il se retrouve très vite à errer dans les rues de Paris. Seul son ami, Alex Bleach, rockstar du moment, peut l’aider financièrement mais malheureusement ce dernier va mourir et laisser Vernon dans une situation plus que délicate. Il va donc faire le listing des amis qui peuvent l’héberger et sa seule « monnaie d’échange » sont des cassettes (bien mystérieuses…) sur lesquelles Alex Bleach s’est filmé avant de mourir, objets de toutes les convoitises.

On va donc suivre tout au long du roman ce personnage atypique, il sera le fil rouge du texte où l’on va croiser la route d’une galerie de personnages hauts en couleur. Le roman devient alors un reflet de la société moderne avec son lot d’individus issus de tous horizons, avec leurs travers et leurs faiblesses.

Le style de Despentes correspond parfaitement à l’univers du roman : brut de décoffrage et sans concession. Une construction littéraire qui peut aisément surprendre au début mais qui bien vite se révèle être tout à fait appropriée à cette histoire.

Donc si vous souhaitez entamer un voyage mouvementé en compagnie de personnages hors du commun (quoique...), alors n’hésitez pas à vous jeter sur le premier tome de la trilogie Vernon Subutex, avant d’entamer les deux autres, eux aussi disponibles en version numérique.

 

Avis de Karen

Je n’avais auparavant jamais lu Virginie Despentes. Je ne connaissais d’elle que le film Bye Bye Blondie, adaptation cinématographique réalisée par l’autrice elle-même (à voir ici). Je vous préviens tout de suite : la saga Vernon Subutex est addictive, tout autant qu’une série télévisée.

Vernon Subutex est avant tout le portrait à la fois empathique et sans concession de personnages originaux et marginaux. Le roman se découpe en scénettes, autant de tranches de vie de personnages souvent antinomiques, qui parfois relatent le même événement mais d’un point de vue souvent radicalement opposé. Le lecteur jongle ainsi entre les personnages et les temps du récit. Virginie Despentes joue de ce procédé, nous contraignant parfois à abandonner un personnage au profit d’un autre.

Pour autant, les trois tomes, s’ils suivent une même narration, celle de l’histoire d’un disquaire déchu, agissent comme un triptyque, et sont chacun teintés d’un noir plus ou moins nuancé : Vernon Subutex est l’histoire d’une dégringolade, de mauvaises circonstances, de rencontres fortuites, de coups durs, tout autant qu’il est une ode à la vie, au vivre ensemble et à la tolérance. Le dernier tome, particulièrement riche en rebondissements, est très marqué par la sombre actualité que sont les attentats de Charlie Hebdo et ceux du 13 novembre. C’est aussi un encouragement à l’indignation et à l’action citoyenne.

Et comment ne pas parler de la musique ! car notre héros est disquaire de métier, et à ce titre, Virginie Despentes nous livre un roman très musical. Les références y sont omniprésentes, elles régaleront les amateurs de rock. Pour n’en citer que quelques-uns, vous trouverez, dans le désordre : AC/DC, The Kills, Nirvana, The White Stripes, Motörhead ou encore The Clash.

En résumé, une écriture au vitriol qui dépeint avec tendresse et ironie les évolutions de la société française.

A lire absolument !

 

Parmi les ouvrages publiés cet été, un livre nous fait particulièrement plaisir : Livrarium. Figures du livre dans la bibliothèque électronique de Lisieux. Ce recueil de textes du domaine public est composé à partir du travail du directeur de la médiathèque Olivier Bogros.

livrarium

Les médias se focalisent sur les grands prix littéraires concentrés sur la période octobre-novembre. Pour l'histoire, les récompenses sont remises en mai- juin. Ca tombe bien, nous sommes en juin.

spqr 600px

Voici la liste de nouveautés musique du mois de mai 2017

la liste

Aujourd’hui, le mercredi 17 mai, c’est le clap d’ouverture pour la 70e édition du Festival de Cannes, cette année encore beaucoup d’attente pour les nouveaux films de grands noms du cinéma, à l’image de Michael Haneke ou François Ozon.

cannes 2017

Pour certains, ça peut être l’heure du rattrapage pour voir ou revoir les précédents films de ces réalisateurs sélectionnés.

A l’instant je citai Michael Haneke, il est attendu cette année pour son dernier film Happy End avec Mathieu Kassovitz, Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant (rien que ça…), en attendant venez emprunter Le Ruban blanc, ou Amour (tous deux primés à Cannes).

Côté français, vous pouvez regarder les films de Jacques Doillon (La Drôlesse, Ponette ou encore Mes séances de lutte) ; de Michel Hazanavicius (OSS 117 et The Artist) ; de Robin Campillo (Eastern Boys) et donc François Ozon (Jeune et Jolie, Une nouvelle amie, Frantz…).

Le cinéma asiatique est également de retour avec la Japonaise Naomi Kawase qui avait été remarquée pour Still the Water et Les Délices de Tokyo. Les Coréens Hong Sang-soo (Hill of Freedom, In Another Country…) et Bong Joon-ho (Memories of Murder et Snowpiercer) sont de la partie aussi.

Les Anglo-Saxons sont représentés par des noms connus comme Todd Haynes et son remarquable Carol, et Sofia Coppola (Virgin Suicides, Lost in Translation et Marie-Antoinette), mais également par des réalisateurs qui le sont moins comme les frères Safdie ou Noah Baumbach (Frances Ha). La réalisatrice britannique Lynne Ramsay sera là, on lui doit notamment We need to talk about Kevin.

Ailleurs dans le monde….il y a Fatih Akin qui est sélectionné pour son nouveau long métrage, je vous conseille vivement de regarder Head-On, Soul Kitchen et De l’autre côté !

La Hongrie est présente avec le réalisateur Kornel Mundruczo qui avait réalisé le très critique (et très bon aussi) White God (regardez-le via la Médiathèque numérique).

Après la claque Léviathan en 2014, le réalisateur russe Andreï Zviaguintsev revient avec Faute d’amour.

Et enfin la Suède et la Grèce sont représentées par Ruben Ostlund (regardez Snow Therapy depuis la Médiathèque numérique) et Yorgos Lanthimos (The Lobster).

Voilà de quoi voir en attendant la sortie de ces nouveaux films sélectionnés à Cannes et qui, pour beaucoup d’entre eux, ne devraient pas sortir avant plusieurs mois.

Bons films !

Médiathèque André Malraux
Quai des remparts
14100 LISIEUX
02 31 48 41 00

agglo lisieux normandie logo 180px