bratata
A+ A- A
Identification OPAC

Retrouvez-nous sur :

image-vide-90px

Trouver l'inspiration

Petit meurtre et menthe à l'eau de Cécile Chartre

petit-meurtre-et-menthe-a-l_eau

Philibert (nom prédestiné !) n'aime pas la montagne . Et il va y passer tout le mois d'août avec son père et sa nouvelle femme. Pour ne pas faire les randonnées, Philibert trouve un petit travail de 13heures30 à 17 heures : aller rendre visite à Poupoune, lui donner à manger, lui gratter le menton et lui passer les feux de l'amour pour 20 euros par jour. Ah Poupoune ? Vous l'aviez deviné c'est un chat.

Hélas, trois fois hélas, le drame guette...

Et tout cela sur un ton badin, acide... 74 pages seulement mais qui régale le moral et avec un meurtre il faut le faire !!!

 

hyacintheterose

Hyacinthe et Rose, texte de François Morel, peintures de Martin Jarrie – ed. Thierry Magnier (2010)

Hyacinthe était coco, Rose était catho. Hyacinthe aimait boire, Rose aimait manger. Hyacinthe aimait la bicyclette, la pêche à la ligne, le vin rouge, la belote et les chants révolutionnaires. Rose préférait les mots croisés, le tricot, l’eau de mélisse, les dominos et les cantiques […]. Rose et Hyacinthe, mariés depuis quarante-cinq ans, ne s’entendaient sur rien… sauf sur les fleurs.

Dans ce livre, le petit-fils raconte le souvenir de ses grands-parents. Le texte parle de sieste dans les marguerites, de boutons-d’or dans les verres à moutarde, de roses trémières comme cadeau d'amour (dixit Rose) ou de roses rouges pour les deuils prolétaires (dixit Hyacinthe). Les illustrations, somptueuses, sentent les fleurs de peu (coquelicot, marguerite), les fleurs prestigieuses (lys, arum) et... les fleurs imaginaires. Ces 48 portraits de fleurs sont une vraie exposition à eux-seuls, où l'on va, vient, re-vient, sans fin.

Ce grand livre illustré est un cadeau. Martin Jarrie n'est pas seulement un excellent illustrateur, c'est un grand peintre. Quant à François Morel, notre normand parisien préféré, si vous ratez ses chroniques radiophoniques hebdomadaires, si vous n'avez pas la chance de connaître ses deux disques (pourtant disponibles à l'Espace multimédia !), vous pouvez vous rattraper et découvrir sa délicatesse et son espièglerie dans ce livre.

 pinkmuffin__willyblue_1


"PinkMuffin@WillyBlue"            tome 1

Objet : arnaques et embrouilles de H.Ullrich et J. Friedrich 278 p.

 

Les parents de Guillaume tiennent un salon de thé et il leur arrive une drôle d'histoire : 2 mamies arrivent et commandent des gâteaux mais l'une d'entre elle brusquement se prend pour une poule et veut pondre un oeuf ! Elles partent , l'affaire n'en reste pas là car mais ces vieilles dames veulent attaquer les parents de Guillaume en justice en les accusant d'avoir mis de l'alcool dans les gâteaux contre leur gré.

Guillaume raconte tout cela sur internet mais il se trompe d'adresse mail et envoie son message à Marie Amélie Xavière alias Max qui va essayer de l'aider...tout en enquêtant sur des rats maquillés.

Dans ce livre il n'y a que des mails, les échanges des 2 ados et on rit , on rit très fort.

Original, déjanté et allemand !

 petitetaiseuse

C’est l’histoire d’une rencontre entre une petite fille silencieuse et un meunier… C’est aussi l’histoire d’un village, de la difficulté de certains êtres à communiquer (peur de l’inconnu, peur d’être jugé…), le poids du silence, des secrets… C'est un conte sur la différence, le regard d’un village sur celle-ci, la souffrance qui en découle mais aussi l’entraide, le soutien et cette envie folle de croquer la vie…

Le texte est très beau, les illustrations tout en délicatesse. Les petits comme les grands y prendront certainement beaucoup de plaisir c'est à ne pas en douter.
Comme c'est agréable de s'arrêter, de prendre son temps, d'ouvrir un livre et de faire de belles découvertes comme celle-ci ! Je vous passe le relais.

"La petite taiseuse" de Stéphanie Bonvicini, illustrations de Marianne Ratier, Editions Naïve
JPL BON à l'Espace Jeunesse

 La dernière chance / Rodernierechancebert Newton Peck, ed. Flammarion

Collin est un jeune américain de 15 ans qui désespère ses parents (mauvais résultats scolaires, réfractaire à toute forme d'apprentissage, rebelle face à l'autorité ect...). Ceux-ci, ne sachant plus quoi faire pour lui inculquer une bonne éducation, l'envoient en séjour chez un vieux montagnard vivant au milieu de la forêt et des animaux sauvages. Ici, les hommes aiment la chasse et la solitude, paraissent loin des préoccupations de la vie « civilisée » et défendent des valeurs d'honneur, de nature et de respect de l'autre. Collin, un peu naïf et nonchalant au départ, se retrouve rapidement confronté à la rudesse de la vie montagnarde. Au fur et à mesure des jours et des (més)aventures, le vieil homme lui apprend le risque et la confiance en soi. Il lui apprendra surtout à se connaître, à appréhender ce qu'il souhaite être : ce séjour le fera grandir.

A la fin de l'histoire, nous revient en tête un très beau dialogue au début du roman entre le père et le fils :

-Non, mon garçon, tu ne m'as pas compris. Si je t'emmène là-haut, figure-toi, ce n'est pas parce que je ne peux pas te « blairer » comme tu dis. Pas du tout.

- Alors, c'est pour quoi ?

-C'est pour que tu apprennes à t'apprécier toi-même. Parce que c'est toi-même, en réalité, qui ne peux pas te blairer.

C'est un très beau roman initiatique dans la lignée de ces grands romans américains qui accordent une place particulière à la nature et à la découverte de soi. Il y a du Jack London et du Jim Harrisson chez cet auteur là !

L'auteur Robert Newton Peck est né en 1928 dans une grande ferme américaine. Descendants d'une génération de fermiers, il a, dans une vie antérieure, été tueur de cochons et bucheron !

A découvrir à l'Espace Jeunesse, dès 12 ans.

Médiathèque André Malraux
Quai des remparts
14100 LISIEUX
02 31 48 41 00

agglo lisieux normandie logo 180px